Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

jeudi 14 août 2014

Bertha et les tornades - analyse approfondie des cas de Gozée et de Ligny-Tongrinne

Le 10 août 2014, l'ancien cyclone tropical Bertha arrive sur les Iles britanniques après avoir erré dans l'Atlantique. Il transporte avec lui une bouffée d'air chaud et humide qui va autoriser la mise en place d'une dégradation orageuse inhabituelle et tornadique sur le nord de la France et la Belgique. Cette offensive orageuse vient s'intercaler parmi d'autres, au cœur d'un été humide et aux situations synoptiques assez bizarroïdes. 

15h30 heure belge - source: NOAA.
L'image ci-dessus montre Bertha vers 15h30 ce 10 août. A ce moment-là, le centre de la dépression se trouve toujours sur l'est des Iles britanniques. L'ex-cyclone est suffisamment creux pour déclencher un coup de vent hors saison en Manche et sur les côtes du nord de la France où les plus fortes rafales atteignent 100 km/h (notamment au Cap Gris-Nez). Du sud de la Mer du Nord jusqu'à la Vendée en passant par le nord de la France court le front froid de la dépression, très actif. Une fois n'est pas coutume, c'est sur ce front que la majeure partie de l'activité orageuse prend place. Habituellement, en été, les orages se positionnent à l'avant du front, le long d'un creux ou d'une ligne de convergence. Ce n'est pas le cas ici. Plus au nord, le front chaud de la dépression s'évacue en direction de l'Allemagne et des Pays-Bas, après avoir donné en Belgique des pluies en matinée et en début d'après-midi. Entre les deux, une brutale invasion d'air doux, mais surtout très humide, envahit le pays. Le front froid vient s'écraser contre cet air instable, et déclenche l'apparition de nombreuses cellules orageuses qui adoptent très vite un caractère très intense. Une très forte dynamique d'altitude engendre de puissants cisaillements de vent au niveau du front, celui-ci étant de plus poussé par le Jet-Stream. L'ensemble des éléments entrant en phasage est propice au développement de très fortes rafales et de tornades. Ainsi, c'est un QLCS particulièrement bien formé qui se développe. Une fracture au sein de ce système se forme sur l'est du département du Nord. Au sein de cette fracture, l'accentuation des cisaillements augmente le risque tornadique.

Quatre tornades frappent alors le Nord-Pas-de-Calais: une dans la périphérie d'Arras, la deuxième à Landrecies, la troisième à Beaumont-en-Cambraisis et la quatrième à Achicourt. L'axe orageux progresse ensuite en direction de la Wallonie. Au sein de celui-ci, une cellule prend brutalement en vigueur en passant au sud de Mons. La séquence des deux images ci-dessous montre l'évolution de la situation en une demi-heure, entre 17h15 et 17h45.


Source: Infoclimat.

L'orage 1 se trouve sur Landrecies. Vers 17h15, il génère une tornade. Au nord de cet orage, une supercellule (n°2) s'organise brutalement en une demi-heure. A 17h45, elle arrive au nord de Charleroi en passant sur Jumet et Gosselies. Au même moment, l'orage n°1 (également de nature supercellulaire), entre-temps entré en Belgique, est sur le point de générer une deuxième tornade à Gozée. Ajoutons de plus un troisième système très organisé (n°3) au niveau du département des Ardennes. Cet orage génère la probable tornade de Marbay environ une heure plus tard.

Un quart d'heure plus tard, à pleine maturité, l'orage n°2 arrive à l'aplomb de Ligny où il engendre une tornade qui traverse le sud du village en question, passe à travers Tongrinne et Bothey avant de disparaître. L'image ci-dessous montre la situation à 18h35. La tornade de Ligny-Tongrinne est dissipée depuis un peu plus de vingt minutes. Le hook echo de la supercellule (marqué par une flèche rouge) reste bien visible, montrant clairement la rotation animant l'orage générateur.

Source: Météo France.

Au même moment, des reports de phénomènes venteux et de dégâts parviennent à Info Météo, en provenance de Ligny. L'origine tornadique des dégâts est confirmée dans les deux heures grâce à des photos et vidéos partagées par les membres d'Info Météo. Rapidement, d'autres reports parviennent de Gozée où la confirmation de la tornade doit attendre quelques jours de plus, une fois une enquête de terrain et la récolte de témoignages effectuées. Pour Marbay, le statut de tornade probable est conservé étant donné l'absence d'observations directes.

Analyse approfondie de la tornade de Gozée

Comme précisé, l'orage générateur de la tornade de Gozée a engendré une autre tornade environ trois quart d'heure plus tôt, au niveau de Landrecies. 

Deux enquêtes de terrain réalisées par Info Météo et David Gustin, membre d'Info Météo, ont permis de reconstituer la trajectoire de la tornade. Le premier contact avec le sol a été établi au niveau de la rue Baudribut, dans un champ de maïs. Fait particulier, plusieurs couloirs ont été constatés, laissant entrevoir la possibilité d'une tornade multi-vortex relativement instable. Il est probable que le tourbillon alors en formation ait survolé la route de Thuin (N59). Aucun dégât n'a été repéré à ce niveau.

Maïs fauché au chemin de Baudribut. La tornade venant du fond vient de se poser. Les épis couchés vers la droite - donc sur la gauche de la trajectoire - indiquent un mouvement de rotation antihorlogique.

La tornade maintient le contact avec le sol sur environ 250 mètres. Par la suite, elle semble perdre le contact avec la surface puisque plus aucune trace n'est visible dans les champs. Le bas du cône se maintient toutefois à quelques mètres du sol à peine puisqu'il étête plusieurs arbres d'un petit bosquet situé entre la rue de Baudribut et le chemin de la Taillette, et ce alors que les champs sont absolument intacts tout autour.

Bosquet étêté et champs intacts autour. Vue prise depuis le chemin de la Taillette. 

Peu avant d'atteindre le chemin de la Taillette, la tornade établit un nouveau contact avec le sol: un couloir d'une vingtaine de mètres de large est creusé dans un champ de maïs où les épis sont couchés vers la gauche de la trajectoire, confirmant la rotation des vents. Un autre couloir moins large et moins long est repéré environ 5 mètres à l'ouest du premier, semblant indiquer une nouvelle fois que plusieurs vortex auraient été actifs. Plus à l'ouest encore, quelques épis couchés vers le sud-est en bordure d'un champ voisin témoignent clairement de l'effet de succion des vents, entraînés vers le tourbillon.

Couloir dans les champs de maïs du chemin de la Taillette.

Couloir dans les champs de maïs du chemin de la Taillette. La tornade vient du fond, à droite de la voiture.

Toute trace disparaît une nouvelle fois après environ 50 mètres de trajet, indiquant une deuxième perte de contact avec le sol. La tornade survole alors la rue Vandervelde, puis atterrit dans la rue Bury où elle endommage des toitures. Elle poursuit son trajet à travers des prairies où elle dépose plusieurs débris et des branches arrachées au niveau des jardins de la rue Bury. Son diamètre semble s'être rétréci en un seul et unique vortex qui sectionne net deux arbres au sein d'une rangée dans laquelle les spécimens voisins sont absolument intacts.

Arbres arrachés dans une rangée de sapins le long de la rue Biercque.

Au bout de la rue Biercque, la tornade semble s'élargir à nouveau (multi-vortex?) et balaye le hameau du Bout-là-Haut. Plusieurs toits sont endommagés et une véranda est désolidarisée de son socle. 

Véranda désolidarisée rue Biercque.

Le tourbillon traverse la N53 puis le parking d'une grande surface et continue sa route à l'est de la grand route, à l'arrière des jardins. Il étête de nouveau un bosquet, avant de perdre définitivement contact avec le sol au niveau de la rue de Zone. 

Arbres étêtés à l'arrière des jardins de la N53.

Compte tenu des dégâts, la tornade semble avoir atteint le niveau F1 inférieur de l'échelle de Fujita, soit des vents légèrement supérieurs à 130 km/h. Le tourbillon a adopté un comportement instable tout au long de sa trajectoire puisque plusieurs couloirs de dégâts parallèles et une largeur variable l'ont caractérisé. La carte ci-dessous retrace la trajectoire de la tornade, d'une longueur d'environ 2,3 km.



Analyse approfondie de la tornade de Ligny-Tongrinne

Cette tornade a duré plus longtemps (une dizaine de minutes), ce qui a permis son observation par de nombreux témoins. Son identification et la reconstitution de sa trajectoire ont dès lors été facilitées. Nous en profitons pour remercier les personnes qui nous ont fait parvenir photos, vidéos et témoignages, ainsi que Bastien Lombeau, auteur d'une investigation sur le terrain particulièrement poussée.

L'analyse a posteriori des images radars et des cartes d'impacts de foudre montrent que la supercellule entre en phase tornadique (formation du mesocyclone) vers 17h50, à l'aplomb de Gosselies. La tornade est imminente alors que l'orage se trouve juste au nord de l'aéroport de Charleroi-Bruxelles-Sud. Nous pensons que le mesocyclone entame sa prolongation en direction du sol à partir de ce moment-là. La tornade naissante atterrit au nord de Fleurus, où elle provoque les premiers dégâts. Néanmoins, faute d'informations, nous ne pouvons certifier la localisation exacte du premier contact avec le sol. Le tourbillon se renforce, traverse la ligne de chemin de fer Charleroi - Ottignies et atteint la rue du Tienne à Ligny où il balaye un hangar et endommage des toits. C'est sans doute à ce moment-là que la tornade est observée directement pour la première fois, décrite comme un cône renversé et tronqué passant à vive allure. Sur son chemin, elle passe très près d'une station météo amateur qui enregistre une rafale de 134 km/h. Cette information - à prendre avec des pincettes - est toutefois précieuse car elle permet de confirmer l'intensité de la tornade, estimée à F1 sur l'échelle de Fujita.

Rue du Tienne ayant été traversée par la tornade de Ligny dans la région du même nom, le 10 aout 2014. Crédit photo : Samina Verhoeven
Dégâts rue du Tienne (source: Belgorage)

La tornade continue sa course à travers champs. Elle franchit la rue de la Tombe, très proche d'une ferme et de quelques habitations, avant de se diriger vers le rond-point de Ligny (croisement entre la N29 et la N98) où elle endommage plusieurs structures, notamment un snack passée dans les journaux télévisés. 

Trajet rue du Tienne - rue de la Tombe.

La tornade poursuit vers l'est-nord-est où elle franchit la rue Matthias et passe juste au nord d'une ferme. Le cône arrive alors sur Tongrinne où il balaye le nord de la rue Pichelin dans sa longueur. Au niveau du carrefour avec la rue de la Ligne, la tornade effectue un saut sur le côté et se retrouve sur la droite de la rue Pichelin. 

Trajet rond-point de Ligny - rue Pichelin.

C'est à ce moment-là qu'un témoin prend des photos depuis le rond-point de Ligny, après le passage de la tornade. La séquence suivante montre le cône au-dessus du village de Tongrinne et son éloignement en direction de Bothey (photos de J. Pasin). Les deux premières photos montrent de plus le mesocyclone surplombant le tourbillon, confirmant visuellement le caractère supercellulaire de l'orage générateur.





Un autre témoin filme la tornade depuis la N98, plus ou moins au même moment:


L'ensemble de la structure orageuse apparaît clairement sur cette photo de la tornade prise depuis la E42 (auteur: J.-H. Chartz).


Entre la rue Pichelin et la place de Flavigny, il est possible que la tornade ait perdu le contact avec le sol alors qu'elle dévie légèrement vers la droite. Les dégâts ne sont retrouvés qu'au niveau de la place. elle sort de Tongrinne en voyageant parallèlement à la rue de Bothey puis la rue de Tongrinne, en s'éloignant vers Bothey. 

Trajet rue Pichelin - rue de Bothey.

La tornade franchit la nationale N93 en endommageant les toitures des maisons situés à cet endroit. Elle balaye ensuite la rue de la Ronce à Bothey et s'enfonce à travers champs. Le phénomène est alors filmée depuis la N93, à l'angle avec la rue du Chêne. La tornade en elle-même n'est visible que dans la deuxième moitié de la vidéo, en haut à droite du cadre. Le buisson de débris et de poussière apparaît brusquement lorsque le tourbillon arrive dans un champ.


La tornade continue encore sur quelques centaines de mètres avant de perdre définitivement contact avec le sol peu après le carrefour entre la rue du Chêne et la rue de la Tombale. Sa dissipation est filmée depuis Mazy:





Trajet à travers Bothey.

La tornade de Ligny-Tongrinne a parcouru environ 9 km. Sur base des dégâts et des enquêtes de terrain effectuées par Belgorage et Bastien Lombeau, la force du phénomène peut être évaluée à F1 sur l'échelle de Fujita. 

Conclusion

La Belgique et le nord de la France ont connu un véritable outbreak de tornades, avec six cas confirmés (quatre en France, deux en Belgique), un cas probable (Marbay en Belgique) et un dernier incertain (Waret-l'Evêque en Belgique). Ce phénomène est assez remarquable dans le sens où la survenue de plusieurs tornades en quelques heures en Belgique est assez rare. Néanmoins, deux jours plus tôt, plusieurs autres cas de tornades étaient signalés à Jauchelette, Sart-lez-Spa et Manhay.

Un autre outbreak de tornades avait concerné la Belgique et le nord de la France en octobre 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire