Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

dimanche 17 août 2014

Edito du 17 août 2014: Participation

Si vous suivez l'actualité - et Info Météo également ;) - vous aurez constaté à quel point la météo a occupé une place importante au sein de l'information audio-visuelle ces dernières semaines. Orages à répétition, tornades et inondations ont fait la "une" à plusieurs reprises. Cet été remarquable d'un point de vue événementiel a donné - et donnera encore - beaucoup de travail à notre équipe, ainsi qu'à celle de Belgorage, notre partenaire. Info Météo s'est par ailleurs porté volontaire pour les aider dans les visites de terrain nécessaires à la validation de la nature du phénomène ayant engendré les dégâts, tant il y avait à faire.

Ce travail de recensement, de recherche et de communication est colossal, surtout lorsque les éléments se décident à s'y mettre à plusieurs. Or, sur le côté de ces activités, chacun d'entre nous a également une vie professionnelle/étudiante et familiale, parfois bien chargée. Même si nous aimons ce que nous faisons et que nous ressentons un réel plaisir lorsque l'information que nous transmettons est accueillie avec intérêt par le grand public, nous ne pouvons avancer plus vite que nos possibilités. La météorologie est une science passionnante à laquelle on s'adonne corps et âme, mais par moments, la tête dit "Stop", et il faut savoir souffler et parfois prendre du bon temps (joli, le jeu de mots). 

Parlons-en, de l'intérêt du grand public. Lorsque Info Météo a été créé, nous avions notamment pour objectif d'intéresser le public à la météorologie. Mais pour récolter de l'intérêt, il faut faire passer un message compréhensible et surtout explicatif. Il doit donner au lecteur les connaissances théoriques qui doit faciliter la compréhension des événements en pratique. Force est de constater que les médias ne prennent pas réellement la peine de le faire (encore que les dernières semaines sembleraient nous indiquer une évolution positive en ce sens). Bien sûr, nous ne pouvons nous targuer de transmettre à nos lecteurs l'ensemble des connaissances que nous avons, elles-mêmes étant incomplètes tant la météo est vaste. Mais nous avons commencé, petit à petit, à nous prendre au jeu et à vulgariser les concepts scientifiques qui fondent les bases de la météorologie et de la climatologie, via notamment notre rubrique Comprendre la météo. Lorsque nous passons en revue des événements historiques, nous essayons toujours d'expliquer le pourquoi du comment, de façon vulgarisée mais toujours rigoureuse.

Nous le disions, éveiller l'intérêt du Quidam était un défi immense. Aujourd'hui, nous constatons que nous avons eu raison de le vouloir. Les résultats dépassent toutes nos espérances. Nous avons ainsi pu récolter les fruits de notre travail durant ce mois d'août. Face à la tâche colossale qui nous attendait au lendemain de l'épisode tornanique du dimanche 10 août, qui suivait un autre épisode deux jours plus tôt, de nombreuses personnes se sont portées volontaires pour réaliser des enquêtes de terrain, photographier un maximum de dégâts, allant même jusqu'à nous faire parvenir des cartes avec la localisation des événements. Très rapidement, des lecteurs nous ont fait parvenir ou fait part de photos et de vidéos nous permettant d'avancer à grandes enjambées dans notre travail de recherche. Régulièrement, des membres nous font parvenir des photos qui nous permettent de compléter nos dossiers, ou nous font part d'observations qui permettent une complétude de l'information. Nous ne pouvons que les remercier et encourager ce genre de pratique. Le futur de la météorologie passe par une participation citoyenne de plus en plus active et par laquelle météorologues et grand public en ressortiront gagnants.

Pour en revenir à Info Météo, vous aurez constaté un ralentissement de nos publications, étant donné le très peu de disponibilités de ces dernières semaines. Ceci va bientôt changer. Des projets d'articles sont en cours de maturation. Nous vous invitons dès lors à visiter régulièrement notre site internet!

Météorologiquement vôtre,

Les équipes Info Météo et Belgorage.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire