Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

vendredi 22 mai 2015

Le meilleur climat du monde


Il était une fois un pays riche où la plupart des gens vivaient dans un confort notoire. Il était souvent cité dans les différentes enquêtes comme faisant partie des nations les plus développées, tant sur le plan économique, que social, humain, et sociétal. Certes, tout n'était pas rose, mais comparé à d'autres territoires, la société était bien plus vivable.

Plusieurs raisons pouvaient expliquer ceci. En premier lieu, la situation de ce pays au milieu de grandes civilisations. Celles-ci ont propagé des idées d'innovation qui permirent à toute la région de bénéficier de technologies favorisant le développement. Ensuite, dans ce foisonnement d'idées se développèrent de grandes théories dans de nombreux domaines comme les sciences, l'économie, ou la politique. Dès lors, après de nombreuses guerres, celles-ci permirent à ce pays de de stabiliser et de se développer. Enfin, sa position géographique expliqua bien des choses.

Quand on parcourt ce pays, une chose saute aux yeux : ses champs qui pullulent sont autant de terreaux fertiles pour le développement d'une agriculture hautement productive. Ses forêts sont autant de réserves où le bois, produit essentiel, peut fournir du matériel pour la construction. Ses plaines sont autant d'espaces pour le développement urbain. Il manquait un élément capital pour favoriser la production agricole et industrielle, le maintien de ce territoire fertile, et le développement humain : un climat agréable !

Certes, de temps à autres, de longues périodes de pluies pouvaient s'abattre sur ce pays. Parfois, celles-ci déjouent les statistiques qui nous indiquent qu'un mois normal voit tomber environ 70mm , et ce pays reçoit le double. Les rivières et fleuves se gonflent ... mais qu'est-ce par rapport aux pluies diluviennes qui dévastent l'Inde, toute l'Asie du Sud-Est et même encore récemment Montpellier où il tomba des centaines de litres en seulement quelques jours ?

Certes, parfois, une dépression plus importante que les autres balaie ce pays, faisant hurler les forêts, faisant tomber des pylônes électriques, plongeant des milliers de foyers dans le noir. La côte de ce pays peut se voir noyée pour quelques heures ... mais qu'est-ce par rapport aux immenses ouragans qui ravagent les Philippines, les Caraïbes, ou même La Nouvelle-Orléans, tuant des personnes par milliers ?

Certes, à certains moments, de puissants orages sèment la panique, apportent des rafales particulièrement violentes, font tomber des grêlons de la taille d'une balle de ping-pong, foudroient les habitations, inondent brusquement les caves ... mais qu'est-ce par rapport aux monstres qui déferlent sur les Grandes Plaines des Etats-Unis, l'Argentine, ou même l'Allemagne récemment, semant la terreur et la désolation après le passage de funestes tourbillons ?

Certes, épisodiquement, des précipitations neigeuses bloquent ce pays avec d'importants embarras de circulation, frigorifient les plus sensibles, et peuvent tuer les plus vulnérables ... mais qu'est-ce par rapport aux immenses tempêtes de neige qui ensevelissent l'Amérique, la Russie, ou la Scandinavie, causant de sérieux problèmes à l'économie ?

Certes, ponctuellement, des vagues de chaleur viennent faire transpirer les populations et causer des surmortalités ... mais qu'est-ce par rapport à des températures infernales qui transforment le Pakistan, les pays du Sahel, voire même l'Espagne en véritables fournaises ? L'auteur de cet article aime le froid et la neige, supporte la pluie, mais déteste la chaleur. Pourtant, il sait très bien qu'elle fait partie de ce climat variable, et se contente de courber l'échine en attendant qu'elle passe.


Ce pays, vous l'avez tous compris ... c'est le nôtre, la Belgique. J'ai écrit ce petit texte en pensant aux trop nombreux commentaires négatifs sur notre climat. Je suis toujours désolé de voir les gens s'en plaindre alors qu'il est si modéré et que les dégâts et morts qui lui sont lié sont si peu nombreux par rapport à d'autres régions du monde, et même des pays parfois très proches.

Loin de moi vouloir exagérer l'impact du climat sur le développement économique belge, mais il est certain qu'il est non-négligeable et positif. Bien que les extrêmes existent dans notre pays, des dévastations comme les ouragans, les tornades, les grosses inondations, les tempêtes de neige, les très grosses chaleurs y sont rares, lui conférant une position climatologique hautement favorable. Nous pourrions alors penser que nous avons le meilleur climat du monde !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire