Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

jeudi 9 juillet 2015

Canicule du début juillet 2015

Il est arrivé fréquemment, depuis le début des années 2000, que le début du mois de juillet soit assez maussade. Par deux fois par contre, il fut très chaud: en 2003 et en 2006. Ces deux années furent marquées par de sévères épisodes de chaleur. C'est également le cas cette année... Il est bien sûr trop tôt pour savoir si d'autres vagues de chaleur vont survenir durant cet été 2015, mais il semble néanmoins que le mois de juillet montre des signaux de nouvelles périodes de temps chaud. En attendant, voici un compte rendu de la canicule de ce début juillet.

Une vague de chaleur officielle

Tout d'abord, l'épisode que nous avons connu est bien une vague de chaleur officielle. L'IRM définit une vague de chaleur comme une période de cinq jours consécutifs où la température maximale est au moins égale à 25°C. Parmi ces cinq jours, trois d'entre eux doivent présenter des températures maximales au moins égales à 30°C. Ces conditions ont été atteintes le vendredi 3 juillet, deux jours avant la fin de l'épisode.

Une situation atmosphérique typique des grandes canicules: le blocage Omega

Blocage Omega... Ce terme est loin de faire partie du vocabulaire de la météo basique, et pourtant il est sans équivoque lorsque l'on s'intéresse aux géopotentiels. Pour rappel, le géopotentiel est l'altitude à laquelle une pression donnée est atteinte. En météo, la hauteur des 500 hPa est très importante et donc fréquemment utilisée. La carte ci-dessous datant du 2 juillet à 2h00 représente l'évolution de cette hauteur en fonction du lieu où l'on se trouve.


Plus l'altitude de la pression 500 hPa est haute, plus les conditions sont anticycloniques, et inversement pour les dépressions. Sur la carte ci-dessus, les couleurs jaune et orange témoignent de hauts géopotentiels, donc anticycloniques, et les couleurs vert et bleu indiquent de bas géopotentiels dépressionnaires. Nous observons donc des dépressions sur l'océan Atlantique, et une grande crête anticyclonique depuis l'Algérie jusqu'en mer du Nord via la Belgique. Sur l'est de l'Europe, on retrouve des pressions relativement moins élevées, que l'on peut assimiler à une dépression. Si nous nous référons aux contrastes de couleurs (limite serrée entre le vert-jaune et l'orange), nous voyons se dessiner une grande vague ayant ses bases juste à l'ouest du Portugal et au niveau de la Grèce, et son sommet sur la Norvège. Cette forme ressemble à un Omega. Nous avons là un anticyclone en Omega, rempli d'air chaud et très robuste, qui bloque les perturbations de l'Atlantique, d'où le terme de blocage Omega.

La carte ci-dessous présente les températures observées à 850 hPa, soit environ 1600 mètres. Nous constatons effectivement la présence d'une langue d'air très chaud sur la Belgique, autour de 20-21°C. Si, au niveau du sol, de telles températures ne sont pas impressionnantes, il en va autrement à cette altitude de 1600 mètres où rencontrer de telles valeurs est assez rare. De plus, la règle veut qu'au début de l'été et par temps ensoleillé, la différence entre la température à 850 hPa et celle au sol soit d'environ 17°C, soit un potentiel pour une température de 38°C au sol!


Mardi 30 juin

Ce jour marque le début de la vague de chaleur. Les températures sont cependant modérées, et n'atteigne les 30°C que dans quelques régions du pays: en Campine (30,0 à Kleine-Brogel), au sud de la province de Namur (30,6°C à Dourbes) et à Gand (30,2°C).

Mercredi 1er juillet

Cette journée est la première réellement caniculaire, avec des valeurs remarquables. Pratiquement toutes les stations du réseau officiel dépassent les 30°C - seul le Mont-Rigi y échappe de peu avec 29,4°C - et certains postes franchissent la barre des 35°C en Flandre et dans le Nord-Pas-de-Calais. On relève ainsi 36,1°C à Gand, 35,5°C à Kleine-Brogel, 35,2°C à Koksijde, 35,1°C à Lille-Lesquin, 34,9°C à Bierset et à Uccle, 34,5°C à Beauvechain, 34,4°C à Dourbes et 34,0°C à Gosselies. Plus au sud, Paris frôle les 40°C avec 39,7°C relevés à l'observatoire de Montsouris.

Jeudi 2 juillet

D'un point de vue synoptique, cette journée est intéressante à plus d'un titre. Voici ci-dessous l'analyse de surface de 14h00.


Nous voyons une petite ligne de convergence glisser sur la Belgique (gros trait rouge). A l'ouest de celle-ci, le vent est d'ouest à nord-ouest, tandis qu'à l'est, le vent continue de souffler du sud-est. Ces différences de direction de vent vont être responsables de grandes disparités de température. En effet, le vent d'ouest, rafraîchi par les eaux marines, s'engouffre sur la Belgique derrière la ligne de convergence, empêchant le thermomètre d'exploser. Par contre, l'est de la Belgique reste à l'écart de cet air plus frais, et vit une après-midi torride et invivable avec des températures partout supérieures à 35°C sauf en Ardenne. On relève 38,1°C à Kleine-Brogel, 37,5°C à Bierset, 35,4°C à Buzenol et 35,0°C à Charleville-Mézières, avant que l'air plus frais n'arrive aussi sur ces régions à la suite de la ligne de la convergence.

Plus à l'ouest, les températures sont également chaudes, mais moins extrêmes, avec 32,4°C à Florennes, 30,3°C à Uccle et 31,5°C à Ernage. Plus à l'ouest encore, l'influence du vent marin se fait encore davantage sentir avec "seulement" 25,8°C à Ostende. Il existe ainsi une différence de près de 13°C entre la côte et la Campine!

A noter que la nuit précédente, la chaleur n'était descendue que très lentement, de telle sorte que le minimum de Bierset ne s'établit qu'à 24,7°C, à un dixième de degré du record pour cette station.

En soirée, quelques orages très locaux se développent du côté de Aywaille ainsi que dans le nord du Limbourg.

Vendredi 3 juillet

A la faveur des restes de l'air marin apporté la veille, la journée est moins chaude dans l'est de la Belgique. Ailleurs, les conditions sont assez similaires, et c'est la Lorraine belge et le département des Ardennes qui délivrent les plus hautes valeurs. On relève 34,5°C à Charleville-Mézières, 33,7°C à Buzenol, 32,9°C à Kleine-Brogel, 32,0°C à Bierset, 31,8°C à Chièvres, 31,7°C à Uccle et 30,9°C à Gosselies. 

Samedi 4 juillet

La nuit du 3 au 4 juillet tombe sur un record, celui de la température minimale la plus haute jamais enregistrée à Uccle depuis le début des mesures en 1833: le thermomètre n'y est pas descendu en-dessous de 24,5°C, soit une valeur conforme (voire légèrement supérieure) aux normes de saison des températures... maximales! Le précédent record datait du 18 juin 2002 avec 23,9°C.

La journée en elle-même est à nouveau très chaude avec 32,0°C à Chièvres, 34,2°C à Dourbes, 32,1°C à Dourbes, 34,4°C à Buzenol, 34,5°C à Bierset et 36,2°C à Kleine-Brogel. Ces valeurs sont atteintes alors que de nombreux nuages et quelques averses furent observés ce jour, empêchant le thermomètre de grimper davantage et de pulvériser le record de température maximale absolue en Belgique. Cette même journée sans nuages aurait vu les températures maximales avoisiner les 40°C...

Dimanche 5 juillet

Pour ce dernier jour de la vague de chaleur, le ciel est très nuageux et le temps est orageux. Les températures maximales s'établissent autour de 28-30°C pour les plus hautes valeurs. En fin d'après-midi, de violents orages éclatent sur la province de Liège, déversant des grêlons jusqu'à 6 cm de diamètre dans les régions de Battice et de Verviers. De nombreux dégâts sont signalés dans cette partie du pays.

Conclusion

Il s'agit d'une vague de chaleur marquante à plusieurs titres. Le premier est que des températures de 36-38°C sont rares dans nos contrées. Le second est l'incroyable potentiel thermique de ces journées: si la nébulosité n'avait pas été présente, empêchant l'explosion du mercure, les températures auraient pu écraser le record de la plus haute température et atteindre le seuil des 40°C, du jamais vu chez nous. Enfin, le dernier réside dans le nouveau record établi pour les températures minimales les plus hautes à Uccle, à 24,5°C.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire