Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

samedi 8 août 2015

Double salve orageuse du 7 août 2015

Comme indiqué dans le titre, les orages ont frappé nos régions en deux fois: la première dans la nuit du 6 au 7 et la seconde en soirée du 7, après une journée du 6 très estivale (températures maximales de 26 à 30°C).

Nuit du 6 au 7 août

Les orages étaient attendus, mais les modélisations prévoyaient des intensités raisonnables. Au final, ce sont de forts orages qui ont concerné un axe allant de Chimay au nord-ouest de Liège via le Namurois. Aussi bien les cumuls de précipitations que les cartes d'impacts de foudre montrent l'étroitesse de cet axe. Les quantités de pluie relevées varient parfois fortement sur de petites distances, notamment dans l'Entre-Sambre-et-Meuse. Un deuxième axe formé en fin de nuit a léché les Hautes Fagnes en concernant l'ouest de l'Allemagne.



Ces orages ont été initiés par l'apparition d'une petite ligne de convergence en travers de la Belgique. Les différences de température de part et d'autre étaient suffisamment marquées pour que nous puissions la considérer comme un pseudofront ondulant. En effet, dès la fin de l'après-midi, le vent de nord-ouest puis de nord a poussé de l'air plus frais depuis les côtes vers l'intérieur des terres, jusqu'à rejoindre le centre de la Belgique. En plus de cela, l'arrivée d'une petite dépression thermique par le sud a fait tourner le vent au nord-est sur le sud-est de la Belgique, ramenant ainsi de l'air chaud et forçant la collision des deux masses d'air, d'où la formation de la ligne de convergence/pseudofront. La limite ainsi formée sert de "rail à orages", ceux-ci se déplaçant en suivant le front, guidés par le flux en altitude qui était alors de sud-ouest. De plus, un noyau de divergence dans ces courants d'altitude a provoqué un forçage, soit un appel d'air ayant entraîné l'ascension de l'air. L'analyse de surface de 2h00 montre le pseudofront en travers de la Belgique, ainsi que la petite dépression sur le nord-est de la France.


C'est entre minuit et 1h00 du matin que tous les facteurs se mettent en place, et la réaction ne se fait pas attendre avec la rapide apparition de foyers orageux.


Une heure et demi plus tard, un axe orageux (train d'orages) s'est constitué le long de la convergence, de telle sorte que les cellules défilent sur les mêmes régions. Ainsi, l'Entre-Sambre-et-Meuse est concernée par des orages multicellulaires intenses accompagnés d'une forte activité électrique (parfois un éclair toutes les deux à trois secondes). De la grêle est également signalée du côté de Chimay. D'autres orages plus sporadiques sévissent plus à l'est, sur le nord du massif ardennais, la Famenne et le Condroz.


A 3h25, l'axe est toujours sur les mêmes régions, et se met également en place vers le nord-est.


Le déplacement du système reste très lent puisque à 6h00 du matin, il vient à peine de quitter le sud-est de l'Entre-Sambre-et-Meuse en faiblissant. Par contre, il continue de donner de bonnes intensités sur la province de Liège.


Quelques photos ont été prises par Info Meteo depuis Montigny-le-Tilleul. La plus grande part de l'activité électrique était intranuageuse.



Certains de nos lecteurs ont eu par contre plus de chance!

Coup de foudre à Ramillies (F. Nicolas).

Eclair internuageux à Villers-le-Gambon (O'Neill Keegan).

Soirée du 7 août

Cette deuxième salve était vue plus intense par les différents modèles, dont le français Arome récemment rendu libre d'accès et dont il faut souligner la très bonne prévision! Sur base de cela, Info Meteo émettait en fin d'après-midi un avis d'orages intenses pour une grande partie du sud-est de la Belgique ainsi que le nord-est du département des Ardennes.


Les cumuls de précipitations permettent de constater que les zones les plus touchées furent globalement celles qui avaient été pointées dans l'avis.

Il en va de même pour les impacts de foudre. Les concentrations ont été très importantes là où on sévit les plus gros orages: d'une part sur un axe Rocroi - Dinant - Andenne et d'autre part sur l'est du département des Ardennes et la région de Bouillon. L'activité électrique fut de fait très importante avec par moment des phases de successions ininterrompues de décharges.


Par rapport à la situation de la nuit précédente, peu de choses ont bougé. Une dépression se trouve toujours sur le nord-est de la France où stagne de l'air très chaud (30-35°C), et le pseudofront est maintenant représenté comme un vrai front ondulant sur le sud-est de la Belgique, jouant le rôle de convergence des vents. La zone de conflit se trouve donc là, et est de plus surplombée par des diffluences du Jet.


Lors du lancement de l'avis à 18h30, deux zones orageuses se présentaient aux portes de nos régions: une à l'ouest du département des Ardennes (faible à modérée) et une autre bien au sud-sud-est de ce même département (forte). Pourtant, c'est la zone entre ces deux orages qui nous intéressaient puisque c'est là que devaient s'initier les cellules les plus intenses. A 20h20, c'est ce qui commence à être observé avec une multiplication des orages sur le département des Ardennes.


A 21h15, des orages très entraînés occupent ainsi le sud de la zone soumise à l'avis. Deux orages se font particulièrement remarquer: un entre Couvin et Dinant et l'autre, violent, entre Sedan et Bouillon. Plus tôt, un autre fort orage concernait la région de Gedinne.


Vers 22h00 l'activité électrique générée par deux orages (sud de Liège et ouest de Bastogne) est particulièrement impressionnante. Dans le même temps, un axe très actif se maintient plus à l'ouest, entre Rocroi et Dinant, tandis qu'une autre orage éclate sur le Namurois. Il est possible que l'orage près de Bastogne ait à ce moment pris la forme d'un bow echo, mais cela reste à confirmer.


Une heure plus tard, le gros de l'activité commence à migrer vers l'Allemagne, tandis que l'orage venant de Bouillon s'affaiblit sur la région de Vielsalm. On note toujours cet axe Rocroi - Dinant - Andenne, avec débordements vers Beauraing.


Une région n'avait jusque là pas été touchée: la Lorraine belge. C'est chose faite avant minuit avec l'apparition d'orages sur et au sud de cette zone. L'axe Rocroi - Andenne persiste encore, mais dans l'ensemble l'activité est en baisse, surtout que les plus gros orages se trouvent alors sur l'ouest de l'Allemagne.


La plupart des orages disparaîtront dans les heures suivantes, l'activité devenant pratiquement nulle vers 3h00 du matin.

Info Meteo se trouvait au lac de la Plate Taille (Froidchapelle) pour observer le passage lointain des orages de l'axe Rocroi - Andenne.



Dans l'ensemble, cette dégradation orageuse fut assez importante, probablement un peu en-deçà de celle du 5 juin. Néanmoins, elle ressort très bien d'une saison orageuse 2015 assez faible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire