Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

samedi 20 février 2016

Flux méridionaux et records

En cette mi-février, le comportement du courant Jet a une fois de plus montré que celui-ci a des conséquences profondes sur la répartition des températures aux latitudes moyennes et méditerranéennes. En effet, suite à l'amplification de ses ondes, certaines zones se sont retrouvées dans une masse d'air particulièrement chaude pour la saison, alors que d'autres ont connu des températures fort basses.




Tout commença quelques jours avant la Saint-Valentin. La dépression des Aléoutiennes s'amplifia fortement, et produisit une advection d'air très doux sur la côte Ouest des Etats-Unis. En réaction, l'air arctique commença à descendre vers le Sud. Le 10 février, la ville d'Atlanta enregistre 2.8°, soit 12° en-dessous des moyennes saisonnières. Le ton était donné.


Parallèlement, le 9 février, dans cette impulsion d'air doux et la crête du courant Jet, la Californie chauffait déjà énormément. Los Angeles enregistrait en cette journée 31.7°, soit 11° au-dessus des normales saisonnières. Pour un climat de type méditerranéen largement refroidi par le courant de Californie, cette valeur est particulièrement remarquable, qui plus est pour la mi-février. La réaction froide allait pouvoir s'opérer sur la partie Est.


Le dimanche de la Saint-Valentin, une anomalie très froide s'effondra sur la côte Est des Etats-Unis. Le 14 février au petit matin, l'aéroport JF Kennedy de New York tombe à -17.2°. Au meilleur de la journée, il fera -8.3°. Plus vers le Nord, au Canada, Montréal descend à -28° et Ottawa à -30°. Des rafales de 40 km/h ajoutent à la sensation de froid avec un windchill à -38°. Alors que Los Angeles grimpait à +30°, Montréal descendait à -20° au meilleur de la journée, établissant ainsi un contraste de 50° entre les 2 villes, alors que celui-ci devrait "se limiter" à 25° à cette époque de l'année. Remarquons cependant que ces températures ne sont pas forcément exceptionnelles pour une région habituée à ces plongées arctiques, mais celles-ci interviennent à la fin d'un hiver particulièrement doux durant lequel on a enregistré des maximales de plus de 20° à New York, notamment en décembre ! Ceci est d'ailleurs confirmé par la spectaculaire remontée des températures les 15 et 16 février à New York. L'aéroport Kennedy passe de -8.3° le jour de la Saint-Valentin à +1.1° le 15 février et +12.2° le 16 février. une augmentation de plus de 20° en 2 jours ... Ceci est accompagné de neige dans le Nord où il tomba 50 centimètres de poudreuse à Ottawa, établissant du même coup un nouveau record d'accumulations de neige en un jour, battant celui du 17 février 1954.

Ces ondes du courant Jet ont commencé à se propager sur l'Atlantique, induisant des descentes froides depuis la Scandinavie vers l'Espagne et l'Afrique du Nord, et par réaction, des remontées chaudes sur le Sud-Est de l'Europe.



Le 16 février, cette coulée froide permit à Brest d'enfin enregistrer sa première gelée de l'hiver 2015-2016 avec -1.8°. C'est 2 mois plus tard que la normale ... Ceci indique, au même titre que les statistiques de New York, que cette gelée n'est pas exceptionnelle, mais intervient au sein d'hiver exceptionnellement doux. Cette coulée froide s'enfonça aussi en Espagne avec de la neige à basse altitude. Les conditions sont encore plus dégradées en Afrique du Nord où le contraste avec les eaux chaudes de la Méditerranée engendre de violentes précipitations et de la neige en montagne.



Cette carte résume à elle toute seule ce que peuvent représenter ces ondulations du courant Jet, entraînant de l'air froid dans son creux (Espagne et Afrique du Nord), et de l'air chaud dans ses crêtes (Sud-Est de l'Europe). Dès le 15 février, Heraklion ouvre le bal des températures sensationnelles pour une mi-février : 28° sur la capitale crêtoise. Tirana, la capitale albanaise atteint 25°, et Bucarest en Roumanie est à 21°. Selon Etienne Kapikian de Météo-France, plusieurs records pour un mois de février sont battus :


Le 16 février, la capitale turque Ankara monte à 20.5°, battant un record de 1958 pour le mois de février. D'autres villes turques battent aussi leur record mensuel : Istanbul (24.8°), Izmir (26.9°), et Sakarya (28.8°). Bucarest franchit un palier supplémentaire en arrivant à 24.1°, établissant aussi un record mensuel pour la capitale roumaine. L'Albanie et le Monténégro suivent la tendance et passent les 27°. Plus vers l'Ouest, Naples enregistre 24.3°, explosant le record de 1960 de 1.3°. Le 18 février, Ankara (21.4°) et Izmir (27.0°) améliorent encore leur record !

Ces températures particulièrement élevées depuis la côte californienne jusqu'aux bords de la Mer Noire, et ces températures froides depuis le Nord-Est des Etats-Unis jusqu'au Maghreb montrent que le comportement du courant Jet, de ses flux méridionaux, et des masses d'air qui circulent autour est fondamental pour comprendre les extrêmes de notre météo.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire