Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

dimanche 19 juin 2016

5-7 juin 2016: Chaos kéraunique sur la Belgique

Et dire que nous ne sommes qu'au début de la saison orageuse... Une nouvelle fois, le courroux céleste s'est exprimé avec fracas sur bon nombre de régions, moins de trois jours après la fin d'une autre période aux orages réguliers et diluviens. Dans les faits, l'activité orageuse n'a pas réellement cessé depuis près de deux semaines, ce qui en fait l'une des plus longues offensives connues. Voici donc une occasion pour un nouvel article qui détaille l'apothéose de cette période très agitée où les avis d'orages se sont succédés les uns après les autres. Dans un souci de clarté, nous passerons d'abord en revue la situation atmosphérique jour après jour, puis nous nous attarderons sur le déroulement des événements et leurs conséquences.


Situation atmosphérique jour après jour

Fondamentalement, la disposition des différents centres d'action - dépressions et anticyclones - n'a pas vraiment changé par rapport à celle ayant engendré les orages diluviens de la fin mai et du tout début du mois de juin. Les anticyclones nordiques continuent de verrouiller la météorologie européenne en amassant sur le continent dépressions et lignes de convergences qui sont autant de générateurs d'orages. La seule différence provient du fait que l'air chaud continental s'est davantage propagé en Belgique, tout en s'humidifiant des restes du déluge des jours précédents. In fine, une masse d'air bien moite occupe nos régions ce 5 juin à 14h00.


Au sein de cette masse d'air se dessine une ligne de convergence sur la Wallonie (trait gras rouge). Celle-ci est à l'origine des orages, qui vont rester très peu mobiles en raison de la mollesse du flux, orienté à l'est. On comprend donc les inondations observées notamment dans le Condroz oriental cet après-midi-là. En fin de journée toutefois, un système orageux progressera plus rapidement d'est en ouest, balayant la région de Liège au passage.

La seconde carte ci-dessous montre la situation le 6 juin à 14h00. A grande échelle, rien n'a changé. A plus fine échelle, la masse d'air est plus énergétique, permettant l'éclosion d'orages plus actifs. Le flux d'est est un peu plus présent, mais les orages n'en ont que faire. Ainsi, dans l'est de la province de Liège, un orage va être réalimenté sans cesse par l'est, à contreflux donc, et va inonder les localités situées entre Verviers et Welkenraedt, provoquant d'importantes inondations et la mort d'une personne. Une autre décède à Walcourt sous un autre orage tout aussi diluvien.


Enfin, vient le 7 juin, grand final de ces trois jours orageux. Le flux est toujours mou, mais à nouveau, une ligne de convergence s'organise sur le massif ardennais, faisant exploser les orages, puis une petite dépression thermique sur le nord-est de la France la dirige vers le centre de la Belgique. Dans le même temps, une onde dépressionnaire d'altitude redresse le Jet Stream sur la Belgique en y organisant des divergences, qui sont autant d'appel d'air dans les basses couches, générant d'importantes ascendances des masses d'air. L'air est de plus très énergétique, à la faveur d'une forte humidité et de températures dépassant les 25°C par endroits.


Evolution de la situation

Dimanche 5 juin

La séquence radar illustre l'évolution des orages, heure après heure. A 14h00, les premiers orages sont formés sur le massif ardennais et présentent déjà un caractère intense localement.

14h00 (source: Meteo France)

A 16h00, la plupart des orages ardennais se sont dissipés, mais d'autres foyers très actifs concernent la périphérie sud de Liège, la région de Chimay et les provinces d'Anvers et de Flandre orientale. L'orage au sud de Liège, particulièrement, est pratiquement stationnaire et provoque des inondations locales.



16h00 (source: Meteo France)

Une heure plus tard, l'orage au sud de Liège est en phase de dissipation, tandis qu'un autre s'organise du côté de Spa. Les orages de Chimay se sont déplacés vers le département du Nord. On note aussi le démarrage de la convection au nord-est de Bruxelles.

17h00 (Source: Meteo France)

A partir de 18h00, la province de Liège concentre la plus grande partie de l'attention des observateurs. Alors que l'orage du côté de Spa s'est déplacé vers l'ouest en s’essoufflant, un puissant système orageux explose sur le pays de Herve et la région de Verviers, et prend la direction de la Cité Ardente, accompagné de pluies diluviennes, de grêle et d'une activité électrique intense.

18h00 (source: Meteo France)

Une demi-heure plus tard, ce système orageux balaie Liège assez rapidement, et sa partie nord surtout gagne en virulence en progressant en direction de la Hesbaye.

18h30 (source: Belgocontrol).

On retrouve ce MCS (système convectif de mésoéchelle) sur la Hesbaye vers 20h00, toujours aussi actif.

20h00 (source: Belgocontrol).

Mais de manière assez rapide dans l'heure suivante, le système se déstructure et finit par disparaître en début de soirée, privé d'alimentation en énergie.

21h00 (source: Belgocontrol).

La carte ci-dessous montre l'accumulation des impacts de foudre entre midi le 5 et minuit le 6. Les plus vieux impacts sont en bleu et les plus récents en jaune. Les orages de ce jour ont donc intéressé une grande partie de nos régions.

Source: Lightningmaps.

Lundi 6 juin

La séquence d'images radar ci-dessous montre l'évolution de la situation dans l'après-midi du 6 juin. Les orages débutent très brutalement en début d'après-midi sur deux régions: Durbuy et Verviers. Elles sont immédiatement grêlées et connaissent des problèmes d'inondations.

14h00 (source: Belgocontrol)

Une heure plus tard (15h00), la situation a déjà pas mal évolué. L'orage né près de Durbuy se déplace vers l'ouest en concernant la région de Havelange. Il se renforce brutalement au sud-est de Namur et déverse des grêlons de 3 à 4 cm de diamètre sur la région de Natoye, inondant et fermant par la même occasion la route nationale N4. Pendant ce temps, l'orage de Verviers s'est lentement déplacé sur le Pays de Herve et la région de Welkenraedt qui sont, elles aussi, inondées. On déplore une victime suite à cet orage.

15h00 (source: Belgocontrol)

Vers 16h00, l'orage parti de Durbuy se trouve à l'est de Charleroi, y engendrant à nouveau des inondations. Il traverse dans l'heure suivante la cité carolorégienne en y apportant de la grêle et de fortes précipitations. Pendant ce temps, l'orage du côté de Welkenraedt tend à faiblir, mais de nouveaux foyers apparaissent près de Verviers, de Spa et de Malmedy.

16h00 (source: Belgocontrol).

A 17h00, "l'orage de Durbuy" s'est divisé en plusieurs cellules sur la région de Mons, toujours très actives et bien pluvieuses. L'orage de Welkenraedt gagne quant à lui l'Allemagne. D'autres cellules s'organisent sur le sud de l'Entre-Sambre-et-Meuse, le département des Ardennes et l'Ardenne belge.

17h00 (source: Belgocontrol)

Vers 19h00, nous retrouvons la zone orageuse partie de Durbuy sous la forme d'un orage multicellulaire entre Tournai et Gand. Il se désagrège dans l'heure suivante, mais d'autres orages concernent la Flandre orientale en soirée.

19h05 (source: Belgocontrol)

La carte ci-dessous reprend l'ensemble des impacts de foudre enregistrés entre 12h00 le 6 et minuit le 7, avec les plus vieux spécimens en bleu et les plus récents en jaune. La trajectoire des trois zones orageuses du jour s'illustre clairement: sur l'est de la province de Liège, de Durbuy à la Flandre orientale et sur l'ouest du massif ardennais.

Source: Lightningmaps.

Mardi 7 juin

Cette journée constitue en quelque sorte l'apothéose de la période orageuse que nous connaissons alors depuis une dizaine de jours, tant les régions durement touchées sont nombreuses. Les premiers orages ne traînent pas pour se développer compte tenu de l'énergie déjà bien présente dès potron-minet. Ainsi, la région de Arlon essuie un premier orage vers 9h00. Dès la fin de la matinée, la machine se met en route, et des orages se développent sur la frontière belgo-allemande.

Situation à 12h10 (source: Belgocontrol).

En début d'après-midi, d'autres orages se développent sur l'est de la province de Liège, puis sur le département du Nord et la région de Mons. Ces orages provoquent déjà des problèmes d'inondations localement.

Situation à 13h00 (source: Belgocontrol).

Situation à 14h00 (source: Belgocontrol).

On constate vers 15h00 que l'orage sur la région de Mons est toujours présent, avec de fortes intensités de précipitations, parfois doublées de grêle. Sur la province de Liège, un front orageux se met progressivement en place et se dirige vers le nord-ouest. D'autres orages se développent en Campine. A noter aussi les premiers développements entre Lille et Lens.

Situation à 15h00 (source: Belgocontrol).

Dans l'heure suivante, la situation dégénère sur le Hainaut et le nord de la France. Un axe orageux très actif se constitue au sud-ouest de Charleroi, tandis qu'un gros système multicellulaire se met en place sur les régions de Lens et de Lille. Dans le nord-est de la Belgique, les orages poursuivent en direction du nord-ouest.

Situation à 16h00 (source: Belgocontrol).

A 17h00, l'orage multicellulaire sur la région de Lille entre progressivement en Belgique, avec un segment virulent juste au sud de Tournai. De la grêle et de fortes précipitations y sont observées, ainsi qu'une intense activité électrique. Le système orageux qui s'était formé au sud de Charleroi se trouve à présent sur la région de La Louvière. Enfin, des foyers se développent rapidement entre Ath et Louvain, et présentent un caractère intense.

Situation à 17h00 (source: Belgocontrol).

Une heure plus tard, les orages qui se sont formés près de Bruxelles s'y sont agglomérés en un orage multicellulaire qui continue à déverser d'importantes précipitations en provoquant des inondations par endroits.

Situation à 18h00 (source: Belgocontrol).

Par la suite, l'ensemble des orages s'affaiblit assez rapidement, en manque d'énergie et d'organisation.

Situation à 19h05 (source: Belgocontrol).

La carte ci-dessous reprend l'ensemble des impacts observés entre 10h00 et 22h00 ce 7 juin. A nouveau, peu de régions ont été épargnées par les orages.

Source: Lightningmaps.

Conséquences

Les précipitations abondantes constituent la première conséquence de ces orages. Les quelques relevés ci-dessous l'illustrent bien (quantité de pluie tombée en 24 heures).

5 juin

Battice: 27,4 mm
Bousval: 17,0 mm
Saint-Gerard: 10,7 mm
Vresse-sur-Semois: 26,7 mm
Erezée: 31,0 mm
Wavre: 40,0 mm

6 juin 

Battice: 28,5 mm
Chièvres: 19,6 mm
Crupet: 13,2 mm
Saint-Gérard: 22,7 mm
Dergneau: 37,0 mm
Wasmuel: 45,4 mm
Saint-Hubert: 31,0 mm
Montignies-sur-Sambre: 35,0 mm
Mont-Rigi: 18,0 mm

7 juin

Bousval: 29,9 mm
Chièvres: 27,2 mm
Kain (SPW): 47,3 mm
Kain (MB): 41,0 mm
Mouscron: 28,1 mm
Saint-Gérard: 11,1 mm
Dergneau: 21,0 mm
Rouveroy: 27,2 mm
Wasmuel: 10,1 mm
Ternell: 28,3 mm
Chièvres: 20,0 mm
Kleine-Brogel: 21,0 mm
Rumillies: 61,0 mm
Rumes: 58,0 mm
Uccle: 37,0 mm
Mont-Rigi: 32 mm
Woluwe-Saint-Lambert: 34,0 mm

Ces précipitations ont été à la base d'inondations parfois spectaculaires. Les fortes pluies ont par ailleurs été responsables du décès de deux personnes le 6 juin, la première dans la région de Welkenraedt et la deuxième près de Walcourt.

Crue de la Bola à Soiron (auteur: G. Levêque).

Inondation à Thimister le 6 juin (auteur: J. Muijtjens).

Beloeil inondé le 7 juin (auteur: K. Meurey).

Inondation à Gaurain-Ramecroix le 7 juin (auteur: C. Henneton).

La grêle s'est également manifestée, mais de manière plus locale à Verviers, sur l'agglomération liégeoise, au sud-est de Namur, sur la région de Charleroi, du côté de Mons et de Tournai pour ne citer que ces quelques exemples). Les grêlons ont parfois atteint 3 à 4 cm de diamètre, comme sur Stembert (région de Verviers) ou entre Namur et Ciney.

Grêlons tombés à Hamois le 6 juin (auteur: B. Metnik).

Grêlons récoltés à Schaltin le 6 juin (auteur: O. Poppe).

Grêlons récoltés à Stembert le 7 juin (auteur: L. Verhève).

L'activité électrique s'est par moment fortement manifestée. Sous certains orages, la fréquence des éclairs approchait la seconde.

Coup de foudre à Donceel (auteur: P. Lottin).

Coup de foudre sur Vottem (auteur: M. Dekens).

Coup de foudre et éclair internuageux au-dessus des hauteurs de Seraing le 5 juin (auteur: Info Meteo).

Ces orages se sont donc inscrits dans la lignée d'un début de saison particulièrement orageux. En soi, ces orages n'avaient rien d'exceptionnel, mais leur déplacement très lent et leur répétition ont été à la base des inondations observées, certains foyers subsistant au-dessus d'un même territoire, parfois restreint, pendant plus d'une heure. Cet effet a été renforcé lorsque ces orages stationnaient au-dessus de zones urbanisées ou encaissées, aggravant le ruissellement et débouchant sur les débordements observés.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire