Actualités

Une atmosphère plus chaude est une atmosphère contenant plus de vapeur d'eau.
Après les inondations de Mai et Juin 2016, quels liens avec le changement climatique ?

Fin mai 2016 : Le seuil des 400ppm est franchi d'une manière généralisée sur la planète.
La concentration en CO2 continue d'augmenter sur la planète, avec un franchissement généralisée du seuil symbolique des 400ppm. L'augmentation annuelle semble même s'accélérer.

Début mai 2016 : Des incendies ravagent la ville de Fort McMurray, dans l'Alberta canadien.
De très fortes chaleurs ont déclenché d'une manière explosive des incendies dans l'Ouest du Canada. Là encore, l'ombre de El Nino et du réchauffement climatique plane sur ce drame.

Avril 2016 : El Nino en déclin, La Nina pointe à l'horizon.
Depuis le début de l'année, les eaux du Pacifique Central et Oriental deviennent de moins en moins chaudes, remplacées par des masses plus froides. Le retour à des conditions neutres, voire l'arrivée d'une phase La Nina est de plus en plus probable.

Février et mars 2016 : Le Pérou affronte son enfant Jésus.
Au Pérou, les mois de février et mars sont les plus humides, particulièrement lorsque le phénomène El Nino, qui a été baptisé ainsi par les pêcheurs péruviens, est bien développé dans le Pacifique Equatorial. Retour sur plusieurs semaines de fortes pluies dans le pays andin.

10 mars 2016 : Quand une tempête de neige mexicaine provoque une vague de douceur états-unienne ...
Aux alentours du 10 mars, une plongée d'air polaire a atteint le Mexique jusqu'à des latitudes particulièrement méridionales, provoquant des chutes de neige dans les montagnes mexicaines, un déluge sur le Sud des Etats-Unis, et une grande douceur sur la côte Est.

dimanche 4 septembre 2016

La vague de chaleur de fin août 2016

Fin août 2016 a vu survenir une vague de chaleur assez particulière. Elle fut particulièrement intense pour cette période de l'année, à une période où le déclin progressif de la longueur du jour commence à limiter l'envolée des températures. Et pourtant, la vague de chaleur que nous avons connu avait tout d'un coup de chaud de sommet de saison estivale. Plusieurs causes sont à mettre en exergue pour illustrer une occurrence si tardive et si importante.


Avant tout chose, nous allons passer en revue, jour après jour, la situation atmosphérique et les températures enregistrées.

23 août

Pour une première journée, elle est déjà bien remarquable. Il est rare que l'on observe les plus hautes températures à la côte, comme ce fut le cas ce 23 août 2016. On mesure ainsi 30,6°C à Koksijde. Toutes les autres stations de Basse et de Moyenne Belgique indiquent des valeurs de 28 à 29°C.

Cette "surchauffe" de la côte est liée à la présence d'un vent de sud-est qui empêche la brise de mer de s'établir. La région littorale, avec son sol sablonneux, collecte donc plus facilement la chaleur. Ces conditions sont pilotées par un anticyclone sur l'Europe centrale qui dirige vers nos régions des courants continentaux très chauds.

24 août

A l'instar de la journée d'hier et pour les mêmes causes, ce sont à nouveau les régions côtières qui collectent les valeurs les plus élevées. Il fait ainsi 34,9°C à Koksijde, ce qui établit un nouveau record de température maximale absolue pour une dernière décade d'août. Ailleurs, on mesure 33,9°C à Gand, 32,8°C à Ernage, 32,7°C à Gosselies (record pour une dernière décade d'août pour cette station) et à Bierset, 32,2°C à Uccle et 31,9°C à Buzenol. Seul le massif ardennais, pour une grande part, échappe aux 30°C. Dans le nord de la France, Dunkerque et Lille établissent aussi des records de température maximale absolue pour une dernière décade d'août, avec respectivement 35,1°C et 34,5°C.

Du côté de la situation atmosphérique, l'anticyclone a quelque peu reculé sur la Pologne, mais son influence est toujours bien puissante chez nous. C'est de l'air tropical direct qui concerne à présent la Belgique. Un front qui se trouve au nord-ouest de nos régions est arrêté net et se met à onduler. Il devient instable et les pressions baissent sur le nord-ouest de la France et l'Espagne.

25 août

Ce jour, quelques records sont battus dans le sud et l'est de la Belgique en matière de température maximale absolue pour une dernière décade d'août. On note ainsi 35,3°C à Lille, 32,7°C à Gosselies, 32,5°C à Bierset et 33,0°C à Aubange.

Sur les côtes, à l'inverse des jours précédents, la brise de mer s'impose franchement et limite l'envolée des températures.

En soirée, une puissante inversion de températures se met en place. En effet, l'air des premiers mètres de l'atmosphère se refroidit avec le rayonnement nocturne, mais pas celui situé juste au-dessus. C'est ainsi que le sondage de Beauvechain la nuit suivante met en évidence une température de 25,8°C au sol, mais de 29,8°C 70 mètres plus haut.

Le front ondulant reste loin au nord-ouest de nos régions, l'influence anticyclonique étant toujours bien présente. Toutefois, en soirée, il commence à progresser vers le sud-est...

26 août

La situation atmosphérique évolue. Le front atteint les côtes belges, mais est également précédé d'une ligne de convergence qui progresse depuis l'ouest jusqu'au centre du pays. A son arrière, la rotation des vents au nord-ouest fait entrer de l'air maritime qui empêche l'envolée des températures. Cette ligne de convergence, prenant les traits d'un pseudo-front froid, progresse jusqu'au sillon Sambre-et-Meuse. Ainsi, le sud-est du pays et surtout la Gaume ne sont pas atteints par les infiltrations maritimes, et restent dans l'air pleinement tropical. La carte ci-dessous montre la position du front froid sur les côtes et de la ligne de convergence/pseudo-front froid en travers du centre du pays.

Source: R. Vilmos sur Meteo Belgique.

On relève ainsi 31,1°C à Elsenborn (record), 33,0°C à Gouvy et 35,2°C à Aubange du côté chaud du pseudonfront, et 27,8°C à Uccle et 29,2°C à Beauvechain du côté "frais" de celui-ci. Des stations comme Bierset et Gosselies se retrouvent dans une situation intermédiaire, d'abord côté tropical puis côté maritime, avec 30,2°C pour ces deux lieux.

27 août

Il s'agit d'une journée exceptionnelle. L'air est à nouveau brûlant, avec une série de nouveaux records établis pour une dernière décade d'août: 34,9°C à Gosselies, 34,6°C à Bierset, 33,7°C à Dourbes et 35,2°C à Ernage. 

Même au niveau de la situation atmosphérique, l'évolution est remarquable. En matinée, une bonne partie du nord-ouest et du centre de la Belgique connait un temps relativement frais et humide, avec de la nébulosité en basse couche. Ces conditions sont l'oeuvre du pseudo-front froid de la veille qui a fini par progresser vers le sud-est en cours de nuit. De plus, un petit anticyclone sur la Mer du Nord a favorisé des vents de nord-est amenant de l'air maritime.

Mais rapidement, une nouvelle pulsion d'air chaud en provenance du sud se met en place, et un nouveau front chaud particulièrement marqué se redessine sur nos régions. Il progresse en direction du nord et chasse l'air maritime devant lui. C'est ainsi que, malgré l'humidité et la fraîcheur de la matinée, le thermomètre finit par exploser lorsque l'air tropical atteint une à une les stations. Il n'atteindra cependant pas le nord de la Flandre où le thermomètre reste généralement sous 30°C.

Pourtant, l'arrivée de cet air très chaud fait d'autant plus grimper l'instabilité, qui atteint des valeurs très élevées pour la saison. Cependant, l'air reste calme, la dynamique n'étant pas suffisante pour initier des orages... dans un premier temps. En soirée, une petite anomalie d'altitude se présente sur le centre de la Belgique, initiant des forçages qui mettent en joue l'énergie potentielle présente sur un large sud-est de la Belgique. L'air est forcé à s'élever, et en moins d'une demi-heure, de violents orages sont à l'oeuvre sur les provinces de Liège, de Namur et de Luxembourg. Voir notre article spécial à leur sujet ici: Furie électrique sur le sud et l'est. Ces orages refroidiront considérablement l'air là où ils passent. A l'inverse, de nombreuses régions, bien qu'assistant de loin au brasier électrique qui s'était emparé du sud-est de la Belgique, passeront une nouvelle nuit étouffante.

28 août

La situation atmosphérique évolue rapidement. Le creusement d'une dépression en Mer du Nord met en mouvement le front froid à l'ouest de nos régions. Celui-ci traverse le pays en matinée, mettant fin aux fortes chaleurs car précédant l'arrivée d'air maritime. Beaucoup de stations ne dépassent pas les 25°C l'après-midi.

Quelles sont les causes de cette vague de chaleur?

Premièrement, il s'agit de la mise en place d'un scénario assez classique, à savoir un fort anticyclone sur l'Europe centrale et des dépressions au nord et à l'ouest de nos régions. Le flux est donc orienté au sud et au sud-ouest, amenant de l'air tropical.

Toutefois, l'air qui nous est arrivé était particulièrement chaud. En effet, des réserves d'air tropical se sont constituées tout au long de l'été sur le sud de l'Europe et le nord de l'Afrique. Le fait est que cet air était même particulièrement chaud pour ces régions. Lorsque le flux s'est placé dans la bonne direction à partir du 23 août, ces masses d'air ont donc été envoyées en direction de nos régions. Au-dessus de la Belgique, on a ainsi noté des valeurs de 21°C à 850 hPa, soit à environ 1550 mètres d'altitude, ce qui est particulièrement important, voire exceptionnel à cette époque de l'année.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire