mercredi 28 mai 2014

De la difficulté de prévoir les orages


Récemment, Jean-Yves Frique du collectif Belgorage écrivait que "la prévision convective est, avec la prévision neigeuse, la plus difficile en météorologie". Cette remarque est à l'évidence d'une grande pertinence et nous abondons dans ce sens. Cela est d'autant plus judicieux de le rappeler que, pour beaucoup de personnes, les orages sont associés à la chaleur et à l'humidité, et qu'il est donc "naturel" d'avoir des orages quand il fait trop chaud. Les passionnés d'orages savent combien les choses sont hautement plus compliquées. A ce titre, l'auteur de cet article, effrayé par les orages durant son enfance, les attendant comme une délivrance de la chaleur quelques années plus tard, et maintenant passionné depuis 2 ans par ces machines de thermodynamique, les découvre encore un peu comme un novice, en tout cas par rapport à certaines sommités kérauniques.