samedi 14 mai 2016

Un marchand de glace se suicide à la vue des tendances saisonnières de l'été

C'est un drame  peu commun mais qui démontre encore une fois combien les commerces sont de plus en plus "météo-sensibles" : un marchand de glace de la commune d'Ottignies, dans le Brabant Wallon, s'est suicidé après avoir vu les dernières tendances saisonnières consultables sur Internet. Ce "fait divers" révèle aussi une tendance lourde : le commun des mortels semble de plus en plus exigeant par rapport à la météo, surtout au regard de l'évolution du climat ces dernières années.


vendredi 6 mai 2016

Dans l'Alberta, "notre maison brûle"

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer et nous refusons de l'admettre. L'humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La terre et l'humanité sont en péril et nous en sommes tous responsables. [...] Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas ! Prenons garde que le XXIe siècle ne devienne pas, pour les générations futures, celui d'un crime de l'humanité contre la vie." Ces quelques mots ont été prononcés par Jacques Chirac lors de la conférence sur le développement durable, à Johannesbourg, le 2 septembre 2002. La métaphore de « la maison qui brûle » convient évidemment très bien aux événements dramatiques qui ont actuellement lieu dans la région de Fort McMurray, dans la Province canadienne de l'Alberta. Des incendies sans précédent ravagent des milliers d'hectares, et reposent la question de l'implication conjointe de El Nino et du réchauffement climatique.

lundi 2 mai 2016

Anthologie de la désinformation météorologique : la fiabilité des prévisions

Introduction

Le temps faisant partie de notre quotidien pour sa prise en compte dans l'organisation et le déroulement de notre travail, de nos activités, et de nos vacances, il est très largement consulté sur différents canaux, depuis les simples radios et télévisions jusqu'aux moyens les plus modernes, comme les réseaux sociaux et les nouveaux appareils de haute technologie. De plus, les changements climatiques et les phénomènes qui y sont largement liés contribuent à un intérêt chaque année plus massif pour la météorologie et les spécialités qui tournent autour. Dès lors, lorsque les prévisions entendues sur tous ces canaux ne se sont pas réalisées ou les phénomènes extrêmes ne sont pas prévus, la population a une fâcheuse tendance à dénigrer tout le travail des météorologistes. Ces comportements négatifs à répétition, largement motivés par une certaine frustration, de l'incompréhension, de l'ignorance, mais aussi amplifiés par une désinformation chronique de la part des médias généralistes nous amènent à aborder ce deuxième volet sur la désinformation météorologique.