samedi 25 août 2018

Evénements 2002

Retrouvez sur cette page tous les événements météorologiques ayant concerné la Belgique durant l'année 2002. Ces chroniques sont tirées d'archives personnelles et d'informations provenant de l'IRM ou d'autres sites internet consacrés à la météo.

Entre la fin janvier et la fin février, d'importantes précipitations conduisent au débordement de plusieurs cours d'eau. Certaines rivières connaissent en tout trois crues sur cette période. L'Eau d'Heure inonde ainsi le bas d'Ham-sur-Heure et de Montigny-le-Tilleul, au sud de Charleroi.

Le vent est aussi régulièrement de la partie, avec une tempête le 28 janvier: les rafales atteignent 105 km/h à la côte et à Zaventem. Le 23 février dans l'après-midi, des averses orageuses très actives concernent nos régions. Les plus fortes rafales atteignent 108 km/h à Zaventem, 105 km/h à Chièvres et 115 km/h à Schaffen. De nombreux dégâts liés au vent sont signalés à travers le pays, tandis que de l'activité orageuse est notée en plusieurs stations officielles (Oostende, Uccle, Bierset, Elsenborn...). Le 26 février, une nouvelle tempête frappe le pays: on note 115 km/h au Pier d'Oostende et 112 km/h à Spa-La Sauvenière.

Sur tout le mois de février, il est tombé 168 mm de précipitations à Uccle, établissant un record, celui du mois de février le plus pluvieux depuis le début des mesures en 1833.

Le 18 mars, une dépression passe en mer du Nord. Son front froid est actif, avec de fortes précipitations. A l'arrière, un orage devient supercellulaire sur l'est de la province de Liège et donne une tornade (d'assez faible intensité) du côté de Kettenis et de La Calamine.

Le 29 avril, dans un contexte de traîne active, des orages très venteux sont observés, et provoquent quelques dégâts dans le Hainaut, au nord de Namur et en Flandre. La grêle provoque également des dommages dans le sud du Limbourg.
A l'instar de l'année précédente, la haute saison voit survenir plusieurs épisodes orageux d'envergure.

Le 4 juin, après une belle journée, de forts orages éclatent sur le sud et l'ouest du pays. Le système de détection SAFIR de l'IRM compte environ 30 000 éclairs. De la grêle est observée dans la région de Ath, de même qu'une tornade dans les environs de Herseaux.

Le 14 juin en soirée, de puissants orages organisés en un LEWP (une ligne d'orages ondulée, très active) balaient l'ouest du Hainaut et la Flandre. D'autres orages éclatent en Wallonie mais sont plus modérés. De nombreux dégâts liés au vent sont signalés dans le nord du pays et la grêle provoque des dommages en Wallonie picarde.

Un coup de chaleur se produit le 17 juin: il fait 32,2°C à Gosselies. Le lendemain, on y mesure 32,1°C, et 34,4°C à Genk. La nuit du 17 au 18, la température ne descend pas en-dessous de 22,6°C, ce qui est exceptionnel.

La nuit du 19 au 20 juin, alors que le temps n'était pas spécialement estival en journée, une onde dépressionnaire (ou pointe d'air chaud) atteint nos régions depuis la France. Un premier fort orage multicellulaire se déplace à travers l'Ardenne puis gagne l'Allemagne en soirée. Ensuite, à partir de 2h00, de multiples cellules orageuses se développent de manière explosive sur l'Entre-Sambre-et-Meuse et le département de l'Aisne, formant rapidement un vaste amas orageux qui gagne le centre puis le nord-est de la Belgique en seconde partie de nuit. Les orages sont forts, très électriques - le système SAFIR de l'IRM compte jusqu'à 280 décharges par minute vers 2h30 - et générateurs de nombreux dégâts liés à la foudre et aux fortes pluies. Il tombe par endroits 50 mm de pluie. Le système orageux évacue le pays vers les Pays-Bas en début de matinée. Voir notre article à ce sujet.

L'amas orageux vu par le radar de Wideumont à 3h45 le 20 juin (source: IRM).

Le 30 juillet 2002 est une journée caniculaire. Dès le milieu de l'après-midi, de puissants orages se créent sur le sud de la Belgique et remontent vers le nord-ouest en concernant de nombreuses régions. De multiples inondations sont observées. Localement les orages sont diluviens: il tombe 116 mm de pluie à Gomery, en Gaume. Ailleurs, on relève aussi 51 mm à Thuin, 57 mm à Presgaux (Couvin), 71 mm à Izier (Durbuy) et 86 mm à Meix-devant-Virton.

La nuit du 23 au 24 août, des orages peu électriques mais très pluvieux se créent à même le centre du pays et gagnent les Pays-Bas en début de matinée. On relève 60 mm de pluie à Braine-l'Alleud et parfois plus de 100 en Flandre.

En cours de nuit du 26 au 27 août, des orages peu mobiles se créent sur la Hesbaye namuroise, avant de s'étendre progressivement vers le nord et l'ouest tandis que d'autres orages arrivent de l'est sur l'Ardenne puis le Condroz. Le tout persiste localement jusqu'en milieu d'après-midi. La reformation continue de cellules orageuses sur le même secteur au nord de Namur mène à des crues violentes des cours d'eau de la région. Au bout de 48 heures, on relève 121 mm de pluie à Upigny, 101 mm à Beauvechain, 113 mm à Le Roeulx et 123 mm à Forville.

Le 25 octobre en fin d'après-midi et en soirée, un premier coup de vent frappe le pays. Les plus fortes rafales proviennent d'averses et d'orages (signalés à Uccle, Gosselies, Florennes, Bierset et Kleine-Brogel notamment). On relève 112 km/h au Pier d'Oostende, 94 km/h à Uccle et Beauvechain, 119 km/h à Schaffen et 123 km/h à Elsenborn.

Le 27 octobre, une profonde dépression (975 hPa) nommée Jeanett traverse les Iles britanniques et transite en mer du Nord. Elle donne un épisode de tempête sur une grande partie de l'Europe, avec des pointes jusqu'à 150 km/h. En Belgique, les rafales atteignent 123 km/h à Koksijde, 133 km/h au Pier d'Oostende, 105 km/h à Uccle, 108 km/h à Gosselies et Saint-Hubert, 119 km/h à Zaventem, 112 km/h à Bierset et 137 km/h à Spa. Les dégâts sont nombreux dans tout le pays.

 La tempête du 27 octobre est largement évoquée par la presse, comme ici par Le Soir dans son édition du lundi 28 octobre (source: Le Soir).

En fin de nuit et au matin du 12 décembre, un épisode de pluies verglaçantes précédé d'un peu de neige cause de nombreux embarras de circulation. Il met fin à une période froide entamée quelques jours auparavant, avec des minimales jusqu'à -10°C localement en Ardenne.

La fin décembre est à nouveau marquée par des précipitations importantes débouchant sur la crue de nombreux cours d'eau.

dimanche 19 août 2018

Nuit orageuse du 16 au 17 août en Wallonie

Août ne se rate jamais. Ce dicton du petit monde amateur de la météo belge a encore montré tout son sens la nuit de jeudi à vendredi. A la manière d'étudiants ayant rendu une copie bien pâle en juin, c'est en seconde session que les orages les plus intenses tendent à exprimer leur savoir-faire, "à temps" après deux premiers tiers de la saison en demi-teinte. Cela s'est produit en 2011 et en 2015, et c'est à nouveau le cas cette année-ci. 

mercredi 15 août 2018

Vers une faible saison des cyclones atlantiques

Il y a un an, à la mi-août 2017, l'ouragan Harvey venait de naître dans l'Atlantique, inaugurant une série destructrice de cyclones qui allaient faire parler d'eux en masse dans les médias, et pour cause: Harvey lui-même s'en allait noyer le Texas et la Louisiane sous des précipitations historiques, à sa suite, Irma dévastait les Antilles avant de s'écraser sur la Floride, Jose manquait de peu de prendre le même chemin quelques jours après, ce que faisait finalement Maria durant la dernière quinzaine de septembre, Nate causait un désastre sans précédent au Costa Rica et enfin à la mi-octobre, l'ouragan Ophelia terminait sa vie de cyclone tropical à quelques centaines de kilomètres de la Bretagne à peine. Une saison des cyclones hyperactive, coûteuse et remarquable, dont la somme des énergies mises en jeu était la plus forte depuis 2005, l'année de Katrina.

dimanche 12 août 2018

L'Europe à portée de tir des cyclones tropicaux?

La saison des cyclones, bien qu'assez faible cette année, bat actuellement son plein dans l'Atlantique, de manière assez classique en cette période qui va de août à octobre, et comme chez Info Meteo, on trouve le sujet passionnant, on aime bien écrire (et réécrire) dessus, surtout quand la chose tente une approche de notre continent. Il n'est en effet pas rare que nous récupérions les restes de ces systèmes tropicaux, qui peuvent alors nous donner des coups de vent, des orages, des pluies diluviennes... voire du beau temps quand ils passent à l'ouest de l'Europe. L'année passée, nous vous avions proposé un article sur l'influence des cyclones tropicaux sur notre météo européenne. Nous avions présenté plusieurs exemples de ces systèmes dégénérés mais qui ont encore assez de force pour provoquer du grabuge dans nos parages.